Cantaron (06340) est une petite commune située dans le département des Alpes-Maritimes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, entre Contes et Nice. Etalée sur 750 ha, elle est composée de nombreux hameaux. Sa population est de 1370 habitants. 

première journée des Associations cantaronnaises le 21 septembre à 17h place de l'école (Square Thérésius Oddo)

L'église du village

La chapelle Saint-Joseph a été érigée le 30 juin 1788 en église paroissiale de style baroque du 18ème siècle.

 

 

Le clocher est conçu de forme triangulaire et, donc, de construction exceptionnelle. 

 

Ce lieu de Culte est une propriété de la Commune. Il est ouvert à tous et est classé au Conservatoire du Patrimoine Historique National. 

 

Monseigneur Charles Eugène VALPERGA DI MAGLIONE, Evêque de Nice, né le 11 août 1740 près de Turin (ITALIE), est ordonné prêtre le 17 décembre 1963. 

 

Elle sera restaurée au 19ème siècle. Une toile de Saint-Grat est exposée dans la Nef. L'Autel, la Table de communion, les Balustres, sont de marbre et installés lors de sa restauration au 19ème siècle.  

 

Elle domine le village entre l'ancien et le nouveau cimetière. C'est un bâtiment qui se divise en trois parties : au centre la chapelle, à l'ouest une salle de réunion, à l'est le presbytère et une construction à usage d'habitation qui a certainement été bâtie ultérieurement à la chapelle. 

 


L'intérieur de la chapelle est de style Baroque, fin XVIIIe s. Il se compose d'une nef bordée par deux chapelles. La construction du clocher et du presbytère a pu s'effectuer à partir de 1788, mais, compte tenu de la Révolution, on peut penser après le Concordat (15 juillet 1801), sans toutefois dépasser 1823, date de fin des travaux gravée sur le linteau de l'encadrement de la porte récupéré à Châteauneuf. 

 

Le clocher se situe entre la chapelle et le presbytère ; sa base est un triangle équilatéral. Le clocher présente trois faces identiques ; la principale repose sur le mur de façade de la chapelle, au sud ; les deux autres, l'une au nord-est, l'autre au nord-ouest, reposent sur deux arcs de décharge prenant appui, d'un côté, dans le mur de façade, de l'autre sur un pilier central descendant au sol et inclus dans le mur séparant la chapelle du presbytère. Nous sommes donc en présence d'une nouvelle technique de construction qui nécessite l'édification d'un pilier de soutènement depuis le sol. 

 

Chaque face du clocher possède une ouverture cintrée avec une cloche et repose sur un entablement dans le plus pur style Baroque. 

 

Les côtés sont décorés par des pilastres soutenant, dans leur partie supérieure, un entablement particulièrement ouvragé où l'on peut apercevoir de multiples moulures sous la corniche supportant le toit. 

 

Le clocher est surmonté d'une petite tour circulaire étayée, à chaque angle, par un petit contrefort et au-dessus de laquelle on a construit un toit de forme conique couvert de tuiles en écailles, avec une flèche métallique. Ce clocher, particulièrement élégant, est un chef-d'oeuvre baroque ; il est unique dans son genre. 

 

Il faut reconnaître que, sur le plan esthétique, la solution choisie est la plus harmonieuse avec les toits en pente de part et d'autre. En effet, le clocher à angle droit est bien plus à l'aise sur l'angle d'une façade qu'au milieu. 

 

L'entrée de la chapelle semble avoir été modifiée ; une première porte surmontée d'un arc de décharge a été remplacée par un linteau soutenu par deux piédroits en belles pierres calcaires décorées où figure la date de 1823. Cet encadrement de porte a été récupéré dans l'église Saint-Pierre-ès-Liens de Châteauneuf. 

 

Cantaron ne fut crée succursale de Châteauneuf que le 30 juin 1788, par décret de Monseigneur Charles Eugène VALPERGA DI MAGLIONE, pour le même motif de l'éloignement des habitants. 

 

Le premier baptême, inscrit à Cantaron, fut celui d'Anna-Marie ELLENA, fille d'Antoine et d'Anne-Marie PELLEGRIN, le 27 juillet 1789.

 

La paroisse a été fondée le 30 juin 1788, le premier recteur s'appelait Giaume HONORÉ.